expo sculpture Paul Estier la galerie de poche 2019

Paul Estier
Sculpture
 
Exposition
Du 23 mars au 14 avril
Ouvert du jeudi au dimanche de 14h à 19h

Vernissage
Samedi 23 mars de 14h, à 20h, en présence de l’artiste

Concert Improvisation piano, voix, violoncelle
Prune Ludi, piano, voix & Renaud Stachel, violoncelle
Samedi 30 mars à 20h
plus d’informations

Verrée de finissage
Dimanche 14 avril, à 16h
 
Téléchargez le flyer
___

Paul Estier est un artiste de fait et d’esprit.
Libre, attaché à ses valeurs, il chemine depuis 20 ans sur le fil de l’art avec une intégrité rare.

Alors que son talent est de notoriété, il refuse les sollicitations qui le propulserait vers le sacre. Celui-qui l’obligerait à des compromis.
Non, il choisit l’humilité et l’intuition.
Celles-là même qui nourrissent l’essence de sa créativité et le poussent vers des sentiers à explorer, à repousser ses limites pour exprimer librement cet engagement pris avec l’art, pris avec lui-même.

Ancien élève d’Etienne Krähenbühl, ses œuvres ont fait l’objet d’expositions en Suisse, France et Belgique. Elles font également partie de collections privées suisses et internationales.
Chantal Geoffroy Bourne

Paul Estier


 
Petit j’ai côtoyé des artistes.
Des hommes qui souffraient, qui aimaient rire, boire et fumer…
Petit j’ai très vite compris que le vide en moi, celui que je ressentais à l’intérieur, se trouvait aussi dans le cœur de ces peintres, écrivains et musiciens avec qui j’étais assis autour du feu.
Auprès d’eux il n’y avait pas d’heure de coucher pour le petit garçon que j’étais.
Les étoiles lentement gravitaient au-dessus de nos têtes.
Il y avait des voix fortes qui riaient, s’exclamaient, à d’autres moments des silences, parfois une guitare…
Et quelque chose d’intemporel s’installait…
Cela aurait pu être nommé de deux manières : la fuite ou la liberté.
C’était dans tous les cas une façon de poser les priorités sur d’autres valeurs…
Je sentais déjà à 12 ans l’immense solitude aussi épaisse qu’un lac gelé recouvrant le corps et les esprits de ces artistes…
Et contre toute attente ils célébraient l’instant présent ! Me paraissaient plus vivants !
Ils pensaient, s’émouvaient, s’émotionnaient…
Et demeuraient au fil des heures toujours plus proches d’eux-mêmes…
J’ai compris que ces hommes faisaient la révolution, et dès ce jour je n’eus plus que cette idée en tête !
Faire la révolution !
Le lendemain je me suis levé et je suis allé dans l’atelier de mon grand-père, j’ai pris du bois, du fil de fer, du tissu, et j’ai fait ma première sculpture.

Paul Estier

FERMER